ActualitéContributionKabyliePolitique

Élections locales: Les affiches de nos Cowboys de la démocratie et du progressisme

Élections locales: Les affiches de nos Cowboys de la démocratie et du progressisme

L’un a préféré le bricolage Photoshop, en faisant une double opération de haute complexité dans l’histoire de la médecine moderne : une greffe de tête sur un mannequin en robe kabyle et un une modification du corps en le grossissant un peu tout en diminuant la taille beaucoup. N’y-t-il pas d’ailleurs là l’occasion de reconnaître aux chirurgiens le mérite d’avoir pensé à faire correspondre la tête de la candidate au corps du mannequin. Toute une fine équipe mobilisée pour ce montage de mauvais goût, au lieu de descendre chez le photographe du coin et lui faire un portrait sérieux.
Ce qui nous ramène à l’inévitable question : ou bien elle avait tout bonnement refusé de porter la robe kabyle ou alors il n’existe plus qu’un seul photographe dans le monde après le suicide collectif de ses 500 millions de collègues pour une raison qu’on ignore.

L’autre nous refait l’excellence de la décadence et du ridicule avec ses affiches de candidates sans visages ! Exit leur autre candidat algérien qui n’a pas hésité à accrocher un poster de Bouteflika aussi grand que l’est sa stupidité sur le front du siège du parti. Autre temps, ç’aurait été un motif de suicide politique. Sans doute qu’importe, du moment que le parti a réussi après un demi-siècle de recherches à dénicher l’oiseau rare en dehors du maudit ghetto des montagnes.
Alors vient l’autre inévitable question : un président de la République qui ne bouge pas et qui ne parle pas est-il plus ridicule que des candidats mystérieux, dont le visage est méconnu, mais qui sont tout de même censés gérer le quotidien des gens ?

Règle importante : le dépit et la déception de ce qui advient de ces partis ne doivent jamais pousser les glisseurs de bulletins dans ces carnavals électoraux dans les bras des partis mafieux du pouvoir, ne serait-ce que pour la symbolique. Le médiocrité certes, l’indignité jamais.

Yasin Tasga

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock détecté

SVP désactivez votre Adblock