ActualitéContributionKabylieSport

La JSK redeviendra-t-elle Kabyle ?

La JSK redeviendra-t-elle Kabyle ?

Il est vrai que l’état actuel de la JSK est plus que désastreux, sur le plan sportif, financier et plein d’autres palier auxquels elle est en défaut. Ce désastre est dû à plusieurs facteurs, tout réduire à la seule gestion chaotique de l’ancien Big Bosse Moh Chérif, est non seulement un non-sens, mais c’est une abstraction de la réalité des faits que seul leurs vérifications minutieuse, nous permettra d’élaborer le bon diagnostic et le meilleur remède pour la JSK.

Je ne vais pas m’étaler sur les causes techniques de l’écroulement du bateau JSK, inhérentes à la mauvaise gestion de Moh Chérif, qui n’a pas su s’adapter à cette pseudo-professionnalisation du monde de Foot survenue brutalement. Je vais mettre en exergue un autre aspect beaucoup plus profond que ces dérives de gestion, qui a ébranlé ce club mythique, et fait vaciller ses fondements, en faisant de lui une « équipe de la première ligue mobilis », qui à l’entendre, on dirait un titre d’un feuilleton égyptien de mauvaise qualité.

En effet, Moh chérif pendant son reine sans partage, qui a duré plus de 24 ans, il est parvenu à ternir irrévocablement l’image de porte-voix de tout un peuple, à qui une idéologie mortifère refuse la vie ; d’un instrument de résistance, il en a fait un outil de soumission, qui pourra oublier 2001 ? Lorsque la Kabylie baignait dans le sang des meilleurs de ses enfants, qui ne sont que les fans de la JSK par la même occasion, Moh chérif taira terriblement le malheur du peuple kabyle et n’aura guère ne serait ce qu’une petite parole de solidarité, avec son propre peuple, rien du tout, il dédicaça la coupe de la CAF 2001 à  » l’Algérie », quelle humiliation ! Non ce n’est pas que Moh Chrif est dépourvu de toute humanité, mais il est simplement et malheureusement devenu le militant actif de sa propre aliénation.

Nous ne pouvons oublier, la minute de silence, que Moh chérif avait imposé à Tizi-Ouzou, pour rendre hommage à Ali Kafi un anti-kabyle notoire, nous ne pouvons oublier la nomination du premier responsable de l’assassinat de plus de 130 Kabyles durant les évènements du printemps noir, Bouteflika en l’occurrence, comme Président d’honneur de la JSK, une humiliation insupportable pour les fans de ce club de combat et de la résistance kabyles.

Nous ne pouvons oublier les affres de Moh Chérif, lorsqu’il a imposé EL CHOUROUK, un journal arabophone raciste et anti-kabyle sur le maillot de la JSK, alors que quelques années auparavant ce sinistre personnage avait refusé de faire de la publicité à un mouvement culturel MCB, à la demande d’un illustre supporter de la JSK, le rebelle Lounes Matoub.

Qui pourra lui oublier ses insultes répétitives et exagérées envers la Kabylie et son peuple en criant sur les toits des chaînes télé arabo-islamiste : il n’y a pas d’hommes en Kabylie.

Il a compromis la JSK par son avidité et sa soumission, il a contribué grandement au changement profond et irréversible de la sociologie des fans de ce club, il a clochardisé ce qui a été notre porte-drapeau, il a bafoué l’honneur et l’histoire de la JSK, la langue kabyle est devenue rare sur les tribunes de stade du premier novembre à Tizi-Ouzou, il a même réussi au-dessus de sa bêtise, à couper la JSK de sa majore partie de fans originaire de la vallée de la Soummam, il a été pour ainsi dire, un instrument très efficace pour la dekabylisation de la JSK et sa destruction.

Prétendre aujourd’hui, alors qu’on l’a écarté, parlé d’honneur et de sens de sacrifice, est une insulte à l’intelligence de chaque Kabyle

La nouvelle direction qui a succédé à la parenthèse SADMI, à sa tête comme Directeur Technique M.Ait Djoudi, M.Zouaoui comme Vice Président et M.Madjen comme Président de directoire, a voulu réformer en profondeur la JSK pour faire d’une équipe quelconque, qui fait partie de la ligue professionnelle Mobilis, une véritable école de formation, un club pro, une JSKabylie.

Pour y parvenir, ils ont d’abord voulu ressusciter l’âme du Club, en introduisant la langue kabyle, et les valeurs de TAQVAYLIT, qui sont d’abord le respect de sacrifice et de l’aînée, en rendant hommage à tous les joueurs et dirigeants de la JSKabylie, depuis sa création, une émouvante œuvre d’art que nous pouvons contempler, quotidiennement sur le BUS officiel de la JSK. En suite par la promotion de TABAYLIT comme un symbole luisant, le nouveau logo en ai une preuve, en introduisant la devise kabyle qui responsabilise les hommes et culpabilise les lâches, c’est-à-dire  » IZMAWEN N DJERDJAR » même si, j’aurais aimé que la phrase soit écrite en langue kabyle, en respectant ses règles d’écriture, c’est-à-dire en écrivant au lieu de ce qui a été écrit :  » IZMAWEN N ǦEṚǦEṚ », la nouvelle direction veut responsabiliser les joueurs et athlètes qui porteront désormais les couleurs de ce club.

Nous nous pouvons qu’être optimiste, car réellement, la JSK entend redevenir Kabyle, pour reconquérir à nouveau les cœurs de ses fans, et renouer avec sa grandeur d’antan, pour cela, nous devons accompagner cette nouvelle équipe dirigeante, être patient mais toujours vigilants, pour permettre à notre cher club de s’épanouir, de retrouver sa place et de reprendre sa mission de résistance, résistance face à tout refus d’expression pour notre peuple, notre identité, notre culture et notre langue.

NAS TIGRINE

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock détecté

SVP désactivez votre Adblock