ActualitéKabylie

Une journée de répression en Kabylie: Plusieurs militants arrêtés à Azazga

À l’approche de la traditionnelle marche de Yennayer, les forces de répression brillent avec leur seul langage: « La violence ». Cette journée du samedi 30 décembre a enregistré une grande répression à l’encontre des militants indépendantiste.

Ce matin, Quatre militants politiques kabyles dont Issadi Rabah vice-président du CMA/Diaspora, Moh Lariane et Yuva Tala Hamu ont été interpellés par la police algérienne à Boghni au sud-ouest de Tizi-Ouzou. Les militants kabyles sont conduits au Commissariat du Centre-Ville de Boghni sans aucune explication quant aux motifs de leur arrestation.

En ce moment-même, plusieurs dizaines de militants du MAK-Anavad sont encerclés depuis 14h30 par la gendarmerie coloniale algérienne renforcée par des éléments de la BRI, rapporte le site siwel.

« Initialement prévue à At Yesεad, mais la gendarmerie informée par ses relais locaux ayant investie les lieux dès 5 heures du matin, cela a poussé les militants à se réunir à Chorfa située une dizaine de kilomètres. Au moment où nous écrivons ces lignes les militants sont toujours encerclés », peut-on lire sur le même article de siwel.

Ferhat Mehenni, le président du Gouvernement Provisoire Kabyle (GPK), condamne cette violation du droit de réunion et exige la levée du siège en cours.

De son coté, l’Union pour une République Kabyle (URK) condamne avec force et énergie, la répression qui s’abat en ce moment-même sur les militants du MAK-ANAVAD. Après la répression sauvage des marches des étudiants Kabyles à TUVIRETT, l’arrestation abusive des membres fondateurs de l’URK et maintenant la violence faite aux militants du MAK-ANAVAD, la nature coloniale du l’Algérie arabo-islamiste n’est plus à prouver, elle est une évidence.

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock détecté

SVP désactivez votre Adblock