ActualitéGhardaïa - MzabTamazgha

Communiqué d’Izmulen: Le Dr. Kamaleddine Fekhar est en grève de la faim

Communiqué d’Izmulen: Le Dr. Kamaleddine Fekhar est en grève de la faim

Pour la cinquième fois depuis son arrestation arbitraire le 09 Juillet 2015,
Dr. Kamaleddine Fekhar est en grève de la faim

Le Dr. Kamaleddine Fekhar est entré en grève de la faim aujourd’hui, mardi 03 Janvier 2017, pour la cinquième fois depuis son arrestation arbitraire le 09 Juillet 2015, immédiatement après le massacre d’Igraren (Guerrara) du 07 Juillet 2015.

La grève de la faim du Dr Kamaleddine Fekhar est un signe de protestation contre la détention de plus de cent soixante Mzabs (Mozabites) dont plus d’une centaine d’activistes politiques et défenseurs des droits humains qui ont osé critiquer les actions racistes des forces de sécurité sous l’autorité directe du Wali (préfet) de Taghardayt (Ghardaia) recevant des orientations des plus hautes autorités du pays, comme en témoignent les propos du wali (Préfet) de Taghardayt, Azzeddine Mecheri, le 31 Juillet 2016.

Le Dr. Fekhar proteste également contre :
– La grande injustice infligée par certains juges qui enfreignent la loi et les principes de justice dans le but de monter des charges contre les Mzabs afin de justifier des rapports mensongers qu’ils reçoivent des services de sécurité. Cette injustice est flagrante s’agissant du refus, par la Chambre d’accusation, d’accorder un délai à sa défense, suite à une demande présentée le mardi 27 Décembre 2016 par son avocat afin de préparer ses observations sur l’ordonnance du juge d’instruction près le tribunal de Bergan (Berriane) de transférer les documents de l’affaire à Monsieur le procureur général et la décision de cette dernière de renvoyer l’accusé devant le tribunal criminel sans que ce juge n’ai jamais rencontré le Dr. Fekhar ;
– Son isolement du reste des détenus lors de la visite de son avocat, le mercredi 28 Décembre 2016 à la prison de Ménéa, en violation de la dernière instruction du ministère de la Justice en accord avec l’union des organisations des avocats, dans une démarche surprenante et injustifiée ;
– Le non traitement par le parquet des plaintes déposées devant lui depuis plus d’une année par le Dr. Fekhar en raison de tortures subies, de violations de propriété privée et du refus par le juge d’instruction de faire mener une enquête après avoir présenté une plainte, avec constitution comme partie civile, contre le directeur de la sureté de wilaya (préfecture) de Taghardayt et la suite mystérieuse des affaires enregistrées contre le procureur général près la cour de Taghardayt suite à l’émission, par ce dernier, d’une instruction illégale qui a servi de document de son arrestation ;
– Le refus des juges d’instruction de convoquer Ahmed Ouyahia, Ammar Saïdani et le général Tawfiq comme témoins bien qu’il soit avéré qu’ils possèdent des informations très importantes sur des personnes impliquées dans les crimes commis à Taghardayt pendant plus de vingt mois, accusant directement le général Toufik d’être l’instigateur de tels crimes. Si ces témoins parlaient, la libération de tous les détenus dans les prisons de Taghardayt et Ménéa en raison de leurs déclarations serait immédiate, d’autant que de nombreuses photos et vidéos montrant l’implication de la police ont été diffusées dans les réseaux sociaux ;
– La poursuite du harcèlement de son avocat, faussement accusé et placé sous contrôle judiciaire à six cents kilomètres de son lieu de résidence par un ordre du Wali de Taghardayt après avoir consulté ses responsables hiérarchiques.

Izmulen tient les autorités algériennes entièrement responsables de l’état de santé déplorable des détenus d’opinion Mzabs, qui va en se détériorant chaque jour dans l’absence éhontée de soins à prodiguer et demande une commission d’enquête sous la supervision de l’ONU afin de déterminer les auteurs des crimes commis dans les villes Mzabes et l’oppression subie par les Mzabs, en raison de leurs spécificités comme Amazighs et de rites ibadites, en violation des accords internationaux signés par l’Algérie.

Izmulen adressera des correspondances à l’Union internationale des avocats et au rapporteur spéciale des libertés des juges et des avocats de l’ONU pour enquêter sur le travail des juges et des avocats en charge des enquêtes et la défense des détenus Mzabs ainsi qu’au Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, M. Antonio Guterres, pour lui rappeler la lettre envoyée par le Dr. Kamaleddine Fekhar à l’ex-Secrétaire général, M. Ban Ki-moon, le 02 Juillet 2015, soit cinq jours avant le massacre d’Igraren où il en avertissait du risque à venir et demandait une commission d’enquête internationale.

Izmulen demande une commission d’enquête internationale car le Dr Fekhar est principalement détenu en raison de cette correspondance ce qui rend l’intervention du Secrétaire général de l’ONU comme un impératif moral.
Gloire aux martyrs du Mzab, liberté à tous les détenus Mzabs.

Paris le 03 janvier 2017
Pour Izmulen
Mohammed Dabouz
El-Hachmi Bahamida

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock détecté

SVP désactivez votre Adblock