ActualitéContributionCultureKabylieSociété

Les sains sentiers de la république

Les sains sentiers de la république

Tifardoud, Boumessaoud, Timizart…sont les noms propres des villages kabyles les plus propres ces dernières années. Les efforts consentis par leurs habitants pour conjuguer à la beauté des sites naturels, où sont construits leurs hameaux, celle de leurs rues et places, ont suscités une admiration aux échos lointains dans l’espace et le temps.

Si cette tradition n’est pas propre à nous, elle est en voie de devenir aujourd’hui un évènement marquant dans les annales de notre histoire. Il est vrai aussi, qu’au fond, il ne s’agit pas uniquement de la collecte des déchets. Du comité du village – légitime héritier de Tajmaat ancestrale -, à une volonté farouche de se prendre en main, plusieurs lectures restent possibles.

D’abord, la survie de l’un des derniers vestiges des républiques villageoises de jadis. Cette Tajmaat, dont le mode de fonctionnement avait émerveillé au plus haut point les plus grands esprits occidentaux du XXI siècle, tente de survivre aujourd’hui, aux griffes traîtresses des deux oiseaux de proie qui guettent notre identité, à travers ces comités.

Ainsi avec ces vaillants jeunes gens, épris de liberté et d’initiative, les relais du couteau et du fusil seront peu-à-peu, mais sûrement, balayés par : des cafés qui vous offre un livre gratuit avec le verre de thé que vous payez ; des rues propres sans les décharges qui rendent l’air irrespirable ; des places de délibération qui souffre toute idée, toute croyance, au lieu et place des temples de l’obscurantisme et de l’intolérance ; des assemblées démocratiques et autonome qui rend d’abord les comptes à la conscience collective car elle sont volontaires et leur pouvoir émane réellement de ceux qu’elle sont censées représenter.

Deuxièmement, une prise de conscience que le pouvoir central d’aujourd’hui n’est en rien différent de ceux d’hier. Ils ne peuvent pas nous comprendre même s’ils sont animés de bonnes attentions civilisationnelles ! Ils ne parlent pas notre langue, mais la combattent ; ils n’apprécient pas nos traditions et ils veulent les remplacer par les leurs.

Ayant naturellement échoués, ils complotèrent et corrompirent les plus vulnérables parmi-nous par l’argent prélevé sur les taxes qu’ils continuent pourtant à nous infliger. Dès lors, comment encore croire dans les promesses électorales des uns et le patriotisme au sens défiguré des autres ? Comment espérer encore, que sans initiatives citoyennes agissantes, des machines de destructions massives telles que : l’arabisation forcée et la salafisation rampante aux mains d’une momie et de ces prêtres, finiront par s’autodétruire ? Comment, parmi toutes ces données, peut survivre un rêve tel que : Alger et ces relais locaux sont là pour faire de nos villages des espaces propres et sains ou il fait bon à vivre ?

Troisièmement, nous sommes un peuple propre de toute haine basée sur la race, la religion ou le sexe. De même, nous voulons que nos rues reflètent cette propreté et cette beauté. Nous sommes un peuple pour qui la solidarité n’est pas une monnaie d’échange pour une éternité incertaine, mais une vertu ancestrale. Pour nous, la solidarité cherche de l’espace pour se propager et vivre en permanence dans nos maisons, nos rues et nos villages. Pour nous, il n’existe aucun danger plus mortel pour cette vertu que cette tentative de la réduire à une cérémonie religieuse qui profite seulement aux initiés de la secte durant ses fêtes et rites.

Ô, jeunes gens ! Vous êtes appelés demain à faire encore plus. Votre tâche n’est nullement des plus aisées. Des écoles de savoir sont appelées à être bâtis, car nos enfants, errent aujourd’hui dans celle de l’ignorance sacralisée et institutionnalisée. Des hôpitaux aussi, car ils nous ont construit des lieux de cultes à la place. Mais surtout faire renaître cette culture – synonyme de la soif de vivre -, car ils apprenaient à nos enfants à chérir la mort au lieu de célébrer la vie.

Merci, jeune gens, pour ces leçons de solidarité…nous y avons besoin. Merci pour ces rues propres…il était temps. Qui sait ? Vous êtes peut-être les bâtisseurs de cette république dont on rêve tant !

Tags
montrer plus

Check Also

Close
Close

Adblock détecté

SVP désactivez votre Adblock